# Conférence

Projections et conférences – Histoire et mémoires de la Grande Guerre

Du lundi 05 novembre au samedi 10 novembre

La Centrale

Tout public

Gratuit

https://www.latestedebuch.fr/programme-centenaire-1914-1918/

Lundi 5 Novembre à 20h

Documentaire  : Poilus d’Alaska

Réalisé par Daniel Duhand et Marc Jampolsky, 2011.

Août 1915, deux officiers de l’Armée française se lancent dans une incroyable mission secrète : ramener 450 chiens de traîneaux depuis l’Alaska et le Canada. Objectif : sauver le front de l’Est face à l’invasion allemande. La vie de milliers de soldats est en jeu. Aidés par le légendaire conducteur d’attelage Scotty Allan le Capitaine Louis Moufflet et le Lieutenant René Haas ont 120 jours devant eux pour parcourir 10 000 kilomètres sous la menace ennemie. Cette course contre la montre haletante et périlleuse nous mène des étendues étincelantes de l’Alaska aux forêts enneigées des Vosges en passant par les somptueux décors du Québec. Les trois aventuriers devront traverser un continent et un océan avec une meute de bêtes sauvages, franchir le Golfe du Saint Laurent avant qu’il ne soit pris dans les glaces pour l’hiver, braver les tempêtes… Réussiront-ils leur mission à temps ? Une aventure d’hommes et d’animaux, une histoire authentique jamais encore racontée.

 

Mardi 6 Novembre à 18h

Conférence  : La Vie à l’Arrière par Michel Boyé

 

Jeudi 8 Novembre à 20h

Documentaire  : La Cicatrice, une famille dans la grande guerre

Réalisé par Laurent Véray, 2013.

Ce documentaire retrace le destin hors du commun d’une famille française, les Résal, quatre frères, deux sœurs et leurs parents, entre 1914 et 1918, à travers leurs échanges épistolaires et leurs photographies. Au-delà de la singularité des uns et des autres, nous découvrons de l’intérieur leur vie quotidienne, avec ses faits marquants, ses rebondissements, mais également à travers les moments difficiles, les préoccupations intimes, les émotions et les tourments les plus secrets d’individus confrontés à une situation exceptionnelle : la guerre.

Suivi du témoignage d’Hélène Lagardère sur une mémoire familiale, à 21h45.

 

Vendredi 9 Novembre à 19h

Documentaire : De Moscou à Verdun

Réalisé par Mardela Feraru, 2010.

Ce documentaire retrace la complexité des relations franco-russes au début du XXe siècle.En décembre 1915, Paul Doumer, futur président de la République, se rend à Pétrograd. Il vient demander au Tsar Nicolas II un renfort en soldats pour les envoyer au front. 40 000 soldats russes vont venir renforcer les troupes françaises et alliées en se lançant dans de féroces combats qui vont contribuer à percer la ligne Hindenburg à l’est et appuyer l’offensive autour de Salonique. De Moscou à Verdun raconte les incroyables aventures de l’armée russe en France. Parti de Vladivostok, les troupes russes arrivent en renfort à Marseille au printemps 1916 après 60 jours de mer et 30 000 kilomètres parcourus dans des conditions épiques. Le film présente l’accueil enthousiaste reçu à Marseille et la vie quotidienne des russes en France avant leur engagement au combat.

Précédé de la conférence : Le corps expéditionnaire russe en France, à 18h.

 

Samedi 10 Novembre à 11h

Documentaire  : Une Pensée du Courneau, le mystère du camp des nègres

Réalisé par Serge Simon, 2010.

« Ce documentaire revient sur l’histoire du « camp du Courneau », créé lors de la première guerre mondiale, pour préserver durant les mois les plus froids, les tirailleurs sénégalais venus défendre la France. Pour la première fois, ce film révèle les conditions d’hébergement et d’hygiène déplorables du camp, surnommé rapidement « le Camp de la Misère » qui, en quelques mois, provoquèrent la mort de millier de jeunes tirailleurs. Pour parer à cette hécatombe, un programme de vaccinations expérimentales mené par l’Institut Pasteur et la médecine militaire fût mis en place mais s’avéra inefficace. Malgré une prise de conscience de cette situation alarmante, qui déclencha même un débat à l’Assemblée Nationale, le camp ne ferma pas pour autant et les très nombreux militaires sénégalais décédés disparurent de la mémoire collective de la Gironde. Grâce à une quantité importante d’archives filmées de ces travailleurs, d’interviews d’historiens et de spécialistes de cette époque, le film répond à certaines questions planant encore aujourd’hui au-dessus du camp du Courneau et lève le mystère de ces oubliés de l’Histoire enterrés en Gironde. »

Précédé de la conférence de Jean-Pierre Caule, à 10h.